ateliers
d'ethnomusicologie

Dessine-moi le Festival RAMDAMJAM !

P'tit Mag | 28 novembre 2019 | Angela Mancipe

Le Festival Ramdamjam s'approche à grand pas ! Organisé en parfaite complicité avec le Musée d’ethnographie de Genève, cette manifestation, qui fêtera cette année sa 4e édition, constitue un temps fort de notre programmation destinée au Jeune Public. Pour réaliser le visuel de la prochaine édition, nous avons travaillé en collaboration avec Seungyoon Choi, une jeune illustratrice d’origine coréenne. Choisie par concours, Seungyoon nous a séduit par son facétieux univers enfantin, riche en détails et en nuances de couleurs. Ce fût un réel plaisir pour nous de collaborer avec elle sur ce projet.  Nous nous sommes entretenus avec elle afin de connaître son processus créatif et d’en apprendre plus sur son parcours d’illustratrice.

 Propos recueillis par Angela Mancipe

 

 05 (2)

 © Seungyoon Choi

 

ENTRETIEN AVEC SEUngYOON CHOI

Bonjour Yoon, merci beaucoup d’avoir accepté cette interview pour Ethnosphères magazine. Comme point de départ, qu’est-ce qui t’a amené à commencer l’illustration ?

Merci pour l’invitation ! C’est un peu bizarre de dire ça, mais quand j’étais petite, je n’aimais pas du tout dessiner. Mais quand j’étais à l’école, j’avais une amie qui dessinait très bien. Souvent, elle me proposait de l’accompagner dans ses démarches créatives. Je peux dire que c’est grâce à elle que je me suis mise à dessiner. Très vite, j’ai remarqué que c’était assez amusant… et tout simplement, j’ai continué.

 

Quelles sont tes influences et quels sont tes artistes de référence ?

Il y en a beaucoup. En ce moment, je m’inspire du travail de deux artistes, principalement. La première est Isabelle Arsenault. Elle mélange souvent des techniques sèches et humides avec des techniques numériques. Dans ses images, je retrouve une certaine légèreté qui me plaît beaucoup. Je trouve cette artiste très sensible. Sa façon d’utiliser la couleur m’inspire beaucoup. Une autre artiste que j’aime bien s’appelle Anne Laval. Son travail me séduit parce qu’elle a un style graphique vraiment très élégant. Parfois elle utilise des couleurs ultra vivantes que je n’ose pas utiliser, mais qu’elle réussit à mélanger extrêmement bien avec d’autres. Cela m’impressionne beaucoup. 

 

 Isabelle Arsenault

 

Anne Laval 

            © Isabelle Arsenault

 

            © Anne Laval

 

Quelles sont tes techniques préférées ?

Quand je travaille, je mélange au moins deux ou trois techniques, comme par exemple l’aquarelle, le crayon et Photoshop ! Pour tous mes dessins, je commence avec des techniques traditionnelles. Après, je finalise les images avec des techniques numériques. Je peux ainsi produire une image plus propre, bien nettoyée, ce qui est très important pour moi. Mais mes techniques préférées sont l’aquarelle et la gouache.

 

En quoi consiste ton activité au quotidien ?

Je ne travaille pas pendant la journée, parce que je n’arrive pas à me concentrer, je ne sais pas pourquoi ! Le matin, souvent je lis ou je regarde un film. Je ne commence à travailler que dans l’après-midi. Je suis actuellement un stage à l’Atelier genevois de gravure contemporaine (AGGC), où je m’initie à la sérigraphie, à la gravure traditionnelle et à la gravure en métal sur plaque de cuivre. Le soir, j’utilise ma tablette pour faire de petits croquis, ou je commence à dessiner dans mon carnet, avec des crayons. Sinon, je joue avec ma chatte Shallia… et je cuisine ! J’aime beaucoup cuisiner.

 

09

© Seungyoon Choi

 

As-tu un rituel pour te mettre à travailler ? Une routine qui t’aide à trouver l’inspiration ?

Le rituel le plus important pour moi consiste à nettoyer et ranger mon bureau avant de travailler. Pendant que je travaille, mon bureau devient un grand bazar. Donc, il faut que j’organise tout avant de commencer. Quand je range mon bureau, je nettoie tous mes matériaux et je range chaque couleur dans un tiroir différent. Ensuite, je prépare un litre de café ou de thé.

Pour m’inspirer, je regarde beaucoup des graphics novels, une sorte de bande dessinée provenant des États-Unis. Je regarde et lis beaucoup d’histoires dans ce format, parce que cela me donne beaucoup d’idées sur la manière d’expliquer une histoire aux lecteurs à travers le dessin. Les films m’inspirent également beaucoup.

 

On a constaté que les chats sont un élément central de ton travail. D’où vient ton amour pour eux ?

Quand j’étais petite, ma famille habitait avec ma grand-mère, dans une maison avec un jardin. Il y avait un chaton qui nous rendait visite. Souvent, ma grand-mère lui donnait des croquettes et de la nourriture. Il n’était pas notre chat, mais il venait régulièrement. Nous avions chaque jour la visite de plusieurs chats du quartier. C’est comme ça que je me suis habituée à avoir des chats autour de moi.

En Corée, comme dans d’autres pays, il y a des préjugés sur les chats et sur le fait qu’ils sont ingrats. Mais je pense que ce n’est pas du tout vrai. Les chats ne sont pas aussi démonstratifs que les chiens, certes. Mais je pense que les chats savent donner une affection aux gens qu’ils aiment.

 

02 (1)

© Seungyoon Choi

 

Quels sont tes projets dans un avenir proche ?

D’abord, je vais finir mon projet de diplôme. C’est un livre de jeunesse que j’ai réalisé sur un conte traditionnel coréen qui s’appelle Princesse Bari. Il parle de l’aventure d’une princesse qui a été abandonnée par sa famille. Je voudrais ensuite soumettre ce projet à une maison d’édition. Un deuxième projet dans lequel je travaille est une série d’illustrations qui parle d’une fille et de son chat … (rires). Après, j’aimerais bien écrire une histoire dont le protagoniste est une personne âgée.

 

06 (1)

© Seungyoon Choi

 

DESSINER LE FESTIVAL RAMDAMJAM

 

Parlons maintenant un peu du Festival Ramdamjam. Qu’est-ce qu’il évoque pour toi ?

Quand j’ai entendu parler de ce festival, j’étais très contente de savoir que ce type d’événements existait... et en même temps, j’étais un peu triste en pensant qu’il n’y avait pas beaucoup d’événements de ce type quand j’étais petite. Je trouve que ce festival est une immense opportunité pour les enfants de découvrir la danse et la musique des autres régions du monde.

 

Raconte-nous le processus de travail que tu as suivi dans l’élaboration du visuel de la prochaine édition du Festival Ramdamjam 2020.

J’ai d’abord commencé en choisissant les couleurs avec lesquelles j’allais travailler, pour qu’elles soient différentes de celles des éditions précédentes. Ensuite, j’ai élaboré trois esquisses, en trois couleurs différentes : bleu, orange et rose. Je les ai travaillées d’abord sur le papier. Pour raffiner les dessins, je suis passée à la tablette.

 

02 (3)

 

03 (1)

 

01

© Seungyoon Choi. Trois pistes de travail pour le visuel du Festival Ramdamjam 2020

 

Une fois les dessins finis, je les ai transposés de nouveau sur papier, en utilisant la technique de l’aquarelle. On a fini par choisir une de ces trois propositions, que j’ai ensuite imprimée pour la faire de nouveau en aquarelle sur le papier. Finalement, je l’ai scannée pour raffiner les contours de chaque personnage, pour rectifier les couleurs et la lumière et pour la nettoyer.

 

01 (3)

© Seungyoon Choi. 

 

 

As-tu imaginé une histoire derrière les personnages de ton affiche ?

Je voulais surtout dessiner des enfants qui sont contents d’être dans ce festival et qui s’amusent bien. Tous les enfants sont différents, ce qui reflète ce caractère international de Genève. En même temps, je voulais que chaque enfant qui regarde l’affiche trouve un personnage qui lui ressemble, afin qu’il puisse s’identifier.  Peut-être que les adultes ne le font pas, mais je sais très bien que les enfants le font, quand ils regarder un film ou une bande dessinée, par exemple.

 

Quel personnage affectionnes-tu le plus dans l’affiche ?

Y en a plusieurs ! Je dirais la tigresse qui joue de la trompette, parce que c’est un chat ! (rires)… J’aime beaucoup l’enfant qui porte son lapin, je trouve qu’il a une expression  adorable. J’aime enfin la fille qui joue du triangle, celle qui est tout derrière, à côté de l’ours. J’aime bien l’expression de son visage, je la trouve très comique. 

 

 

 Souhaitez-vous connaitre le résultat final du travail de cette artiste?

Le visuel et la programmation de l'édition 2020 du festival RAMDAMJAM seront dévoilés prochainement sur le site web www.ramdamjamfestival.ch

 

 

Ap_Seungyoon CHOi (1) 

© Seungyoon Choi

Si vous êtes curieux d'en savoir plus sur son travail créatif, nous vous invitons à suivre cette artiste sur les réseaux sociaux : @yoooon825. 

facebook logo instagram logo

 

                                   

 

 

 

à lire également